Publi Tech Echo
PORTRAIT

La fine fleur du désert au service de la jeunesse africaine.

« Ce n’est pas le chemin qui est difficile mais le difficile est le chemin » Cet adage plein de bon sens, semble avoir été créé pour Aminetou Bilal, jeune Mauritanienne de 27 ans, tant elle les collectionne, les challenges.

 



Géosciences, ça vous parle ? C’est le domaine dans lequel Aminetou a obtenu une licence à la Faculté des Sciences Semlalia de Marrakech, avant un Master 1 en Gestion Territoriale des effets des Changements Climatiques et des Risques Environnementaux l’IMFERD à Nouakchott.

Comme si cela ne suffisait pour cette jeune battante de la Mauritanie, un pays assez conservateur où l’avenir des femmes se conçoit encore largement sous la tente, elle reçoit une formation en Juillet 2017 en Civic Leadership par le centre de Leadership régional YALI de Dakar.

Pour ne pas s’arrêter en si bon chemin, en Juillet 2018, Aminetou Bilal intègre la première cohorte des Obama Foundation Leaders Africa, un programme pour les jeunes leaders de toute l’Afrique. Formation suivie dans la foulée par une autre en Processus de paix par le réseau des opérations de paix de l’université de Montréal à Ouagadougou.

Ce n’est donc un hasard si la sémillante Aminetou se retrouve donc Ambassadrice de la plus grande plateforme d’opportunités pour les jeunes du monde, représentante de la jeunesse Africaine lors de la Conférence « Les femmes au pouvoir » en marge du 31e sommet de l’Union Africaine à Nouakchott, ambassadrice du One Young World, le plus grand forum mondial de la jeunesse surnommé le Davos de la jeunesse mais aussi,  membre de la 9eme Cohorte du corps des jeunes volontaires de l’Union Africaine, pour  servir pendant une année dans l’un des états membres de l’UA en 2019.


Mais où est-ce qu’Aminetou Bilal puise-t-elle toute cette énergie ? Parce qu’en plus de ce maelström d’activités, elle a trouvé le moyen de travailler avec la société SEMS Exploration Services en tant que Manager Database durant sa campagne de géochimie dans la zone de Tasiast. Puis en tant que Consultante pour la société Dropstone, consultante également pour une étude socio-économique au profit de l’Agence Française de Développement dans les régions de l’Assaba, de Guidimakha et du Gorgol en Mauritanie.

Une question s’impose alors d’elle-même à nous : Qu’est-ce qui fait courir Aminetou? Se mettre au service de son prochain, de sa communauté, de son continent et de sa jeunesse. Voilà, tout est dit.

D’autant qu’elle croit fermement que les jeunes Africains sauront à coup sûr se frayer un chemin à travers la maîtrise des nouvelles technologies et cite avec beaucoup de fierté: «  quand je vois un médecin et chercheur mauritanien, inventer un appareil dentaire au Soudan où un brevet de création lui a été délivré, un autre qui s’inspire de la recommandation prédictive de Netflix, pour développer une solution d’intelligence artificielle qui permet d’analyser le parcours professionnel des candidats pour aider les entreprises à détecter de nouveaux talents, je suis très fière ».

Nous sommes dans un monde qui évolue rapidement, notre continent doit relever le défi de la CONNECTIVITÉ pour permettre l’accès à tous à la technologie même dans les zones les plus reculées.




Si elle avoue volontiers ne pas être une bloggeuse, Aminetou Bilal a toujours été très active sur les réseaux sociaux postant tout et n’importe quoi, « jusqu’au jour où je me suis rendue compte que ce que l’on partage pourrait affecter certaines personnes en bien ou en mal ». De ce déclic salvateur est née l’initiative « Selfie Mballit ».

« En février 2017, j’ai lancé la campagne #SelfieMbalite pour attirer l’attention sur l’insalubrité en Mauritanie. En moins d’une semaine la campagne était devenue virale. Je voyais plein de personnes prendre des selfies à côté des déchets dans la rue pour apporter leur soutien et rejoindre la cause.

Tout est parti rapidement, les interviews s’accumulent. A ce moment, je me suis rendue compte que les réseaux sociaux sont une révolution. Nous devenons influenceurs malgré nous. Désormais, je ne partage que ce que je pense qui pourrait apporter un plus à la communauté, pour un changement positif. »

Hé, vous les tenants de l’afro-pessimisme, tenez-le-vous pour dit, l’Afrique de demain est entre de bonnes mains. Parole de Aminetou Bilal, fille de Mère Afrique.

Cheikh Bamba Ndao

Articles de même catégories

Paola Audrey: l’Afrique a un vrai retard en matière de contenu local

Publi Tech Echo

Portrait: Charlette Dezie: "la technologie est le pilier du développement en Afrique"

Publi Tech Echo

Portrait: Ndèye Absa Gningue, Responsable Marketing pour le Cloud auprès des Business Partners d’IBM

Publi Tech Echo

Leave a Comment

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Lire plus

Privacy & Cookies Policy