Publi Tech Echo
Home » IA: La start-up Bluedot alertait sur l’épidémie Coronavirus bien avant l’OMS
ACTUALITES

IA: La start-up Bluedot alertait sur l’épidémie Coronavirus bien avant l’OMS

Et si l’Intelligence Artificielle permettait de prévoir et d’anticiper certaines calamités ? Oui, car au-delà de toute attente, cette technologie nous démontre aujourd’hui que c’est bien possible. En effet, la startup canadienne, Bluedot, spécialisée dans la prédiction de propagation mondiale de maladies infectieuses avait déjà prédit l’épidémie du Coronavirus apparue en Chine. Cette plateforme canadienne permet l’évaluation sur mesure des risques de maladies infectieuses.

Cette startup essentiellement constituée de physiciens et de développeurs avait déjà émis des réserves face à l’épidémie, 10 jours bien avant que l’OMS ne lance l’alerte sur son inquiétude au niveau mondial. L’objectif  de l’I.A développée par BlueDot est exactement l’anticipation de ce type d’épidémies.

La startup a pu accéder à ces résultats grâce à des analyses de données récupérées dans le Big Data. Sur cette base informative, des recoupements et des corrélations ont été faites, et ce à l’aide de plusieurs facteurs. Ont suivi alors des séries de calcul qui ne laissent rien au hasard et qui prennent en compte tout le détail des historiques des épidémies précédentes.

L’IA ne se limite pas à ça, elle va même jusqu’à étudier les plans des vols, de sorte à avoir un aperçu sur les moyens de propagation des virus. Ce procédé a permis à Bluedot de tirer la sonnette d’alarme, 10 jours avant l’OMS. Pour confirmer ses prédictions, l’IA avait déjà même eu à élaborer le schéma de la propagation du virus, schéma qui s’est par la suite clarifié et confirmé, vu le courant actuel des choses.

Cependant, un seul hic réside dans les prévisions de la startup car en dehors du cas du coronavirus, la startup n’a jamais communiqué sur les réussites de ses prévisions.

La communication de ces résultats aurait certainement pu aider les autorités sanitaires à prendre leurs mesures et à faire une meilleure  prise en charge des malades. La startup canadienne est en train de travailler avec certains pays à l’instar de la Chine, l’association des Nations de l’Asie du Sud, les Etats-Unis, afin de les aider à limiter les dégâts de  l’épidémie qui se propage toujours.

Hélène Faye, Publi Tech Echo

Articles de même catégories

Dakar Digital Show 2019: le challenge réussi des acteurs du numérique

Publi Tech Echo

La start-up sénégalaise LAfricaMobile obtient un financement de 300 millions de F CFA

Publi Tech Echo

Départ de Jumia au Rwanda: E-déclin ou Alibaba devient-il un concurrent trop sérieux?

Publi Tech Echo

Leave a Comment

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Lire plus

Privacy & Cookies Policy